banniere

Clinique Vétérinaire
de la Basse Dore

Dermatologie du chat

Accès à cette page réservé aux clients de la clinique
Veuillez ouvrir une session avec votre adresse mail et votre mot de passe
Vous avez oublié votre mot de passe

 

Vous inscrire

 

 

 

 

 

 

Le chat se caractérise en général par son pelage brillant et soyeux, ce qui le rend si agréable à regarder et à caresser.
Parfois cette belle robe peut se dégrader.
Quels sont les signes d'alerte et comment doit-on réagir ?

En cas de lésions localisées

C'est une zone dépilée, c'est à dire sans poils qui va en général attirer notre attention.
Elle peut-être tuméfiée, ou non, présenter des croutes ou des excoriations ou être lisse.
Elle peut-être prurigineuse, c'est à dire provoquer un grattage/léchage de l'animal, soit avec ses griffes, soit avec sa langue, ou non.
Elle peut enfin être suintante ou sèche.

Lésions prurigineuses localisées à la tête

Croûtes autour des oreilles (devant, derrière ou parfois les 2)

L'observation de l'animal permettra souvent de voir que c'est en fait l'oreille qui le gêne : il secoue sa tête, la tient penchée, porte ses oreilles en casquette et très fréquemment se gratte avec ses pattes arrières, jusqu'au sang parfois. Il s'agit fréquemment de gale auriculaire provoquée par un acarien microscopique.
Cette maladie parasitaire est contagieuse entre chats, et plus fréquente chez les animaux jeunes ou qui vivent dans la rue ou proviennent de refuges.
Nous avons désormais des traitements très efficaces et faciles à utiliser : topiques, c'est dire sous forme de pommades auriculaires et/ou systémiques sous forme de pipettes.

Tuméfactions

Le plus souvent, ce sont des abcès en formation consécutifs à des griffades au cours de bagarres de chats. Ils sont très souvent localisés aux joues, autour des yeux, au front.
Attention aux lésions des paupières, l'oeil peut également être concerné par le trauma.
La peau de la tête étant extrêmement épaisse, on ne voit au départ qu'une légère enflure que le chat se gratte parfois, avec précaution, car c'est douloureux.
Ces abcès nécessitent une consultation, car ils sont profonds et évoluent rarement vers une guérison sans débridement chirurgical, associé à un traitement antibiotique.
Ils peuvent être la voie d'entrée des virus de la leucose et du SIDA.
Certains abcès situés sous les yeux peuvent être en relation avec un problème dentaire (abcès de la carnassière supérieure), mais beaucoup plus rarement que chez le chien. Il est alors nécessaire d'extraire la dent sous anethésie générale.

Croutes sous le menton entre les oreilles, autour du cou

Ce sont les manifestations localisées de la dermite miliaire du chat qui est le plus souvent à caractère généralisé et dont les causes peuvent être diverses.

Plaques épaissies ulcérées.

Elles peuvent se situer autour de la bouche et sont le plus souvent des granulomes éosinophiliques (manifestions allergiques, le plus souvent aux piqûres d'insectes), parfois à caractère familial.
Elles peuvent se situer au niveau de la truffe ou au bout des oreilles sur des animaux blancs ou à peau claire. En général, il s'agit de cancers de la peau qui apparaissent sur des animaux adultes ou âgés et sont provoqués par l'exposition aux rayons UV.

Lésions prurigineuses d'autres parties du corps

Zones dépilées à la pliure du coude ou sur le membre antérieur, ou parfois également devant les oreilles

L'examen attentif des plaques dépilées permet d'observer une pigmentation légèrement orangée de la peau: il s'agit d'aoûtats dont la présence est fréquente chez les chats qui sortent, en général vers le mois de septembre. Ces plaques peuvent parfois se retrouver à d'autres emplacements que ceux cités qui sont les plus fréquents.

Zones dépilées vers le bas du dos, à la base de la queue

C'est une des localisations fréquente des puces, qui donne lieu à des dépilations à force de léchage. Le poil prend un aspect clairsemé et cassant, assez caractéristique. On peut rencontrer le même type de lésions en présence de Cheyletiella qui est un acarien parasite microscopique beaucoup moins fréquent et moins visible que la puce.
La puce est cependant parfois difficile à voir sur des animaux à pelage très fourni.
Les techniques : le peignage avec un peigne à denture très serrée permet de ramener en quelques coups de peigne de petits grains de sable noir (les crottes de puces) ou même parfois les puces adultes quand elles sont nombreuses. La seule présence des crottes de puces est la preuve indiscutable que l'animal est infesté, même en l'absence de puces adultes et de comportement de grattage , ou de lésions cutanées. Certains chats peuvent en effet tolérer très bien les puces, mais n'en sont pas moins une grosse source de contamination pour leur environnement (la puce est la plus commune source d'infestation par le Dipilydium, ce petit tenia qui sort spontanément par l'anus du chat).
Autre technique : pour les chats à poil court, rebrousser le poil de la queue vers la tête bien à sa base permet d'apercevoir la peau et ses éventuels hôtes indésirables (puces ou excréments de puces, plus rarement poux, quiressemblent à des squames blanchâtres qui se déplacent).
Bien que les puces aient tendance à rester localisées au même endroit sur un animal donné, elles peuvent également se déplacer sur tout le corps et être responsables de lésions généralisées.

Lésions non prurigineuses localisées

Il peut s'agir de zones dépilées, où la peau apparaît nue, mais sans qu'il y ait de grattage ou de léchage. La peau est dans ce cas glabre, sans modification de sa couleur, avec peu ou pas de croûtes parfois légèrement épaissie ou parfois beaucoup plus fine.
Les plus fréquentes sont les dépilations dites nummulaires, c'est à dire en forme de pièce de monnaie ou de trou à l'emporte pièce . C'est la manifestation habituelle de la teigne dans sa forme la plus classique. On la rencontre en général chez les femelles gestantes ou les jeunes animaux. Attention donc au chaton ramassé dans la rue que toute la famille se passe de cou en cou, car la teigne est une des rares maladies de peau transmissible de l'animal à l'homme.
La teigne peut également être généralisée, et dans ce cas, les lésions seront réparties sur tout le corps, donnant au pelage un aspect «mité».
Certaines teignes peuvent être d'emblée, ou devenir en l'absence de traitement prurigineuses. Dans d'autres cas, en revanche, elles sont asymptômatiques, c'est à dire que le chat n'a aucune lésion visible, mais la contamination de membres de la famille, d'enfants le plus souvent fait soupçonner le portage par le chat qui dans ce cas a besoin évidemment d'un traitement spécifique.

Certaines cicatrices de brûlures,ou d'injections notamment peuvent prendre la forme de plaques dépilées plus ou moins étendues.

Des dépigmentations de la truffe peuvent apparaître: vitiligos.

Des nodules ou tuméfactions peuvent s'observer au niveau des coussinets: piqûres d'insectes (guêpes, abeilles), pododermatite lymphoplasmocytaire (diagnostic histologique) souvent associée au virus du Fiv, tumeurs de la dernière phalange (adénocarcinomes avec métastases pulmonaires précoces, ou fibrosarcomes des extrémités.)

En cas de lésions généralisées

Lésions non prurigineuse étendues

Il existe des alopécies (pertes de poils) :

  • génétiquement déterminées,
  • d'origine endocrinienne, par exemple le syndrôme de Cushing moins fréquent que chez le chien cependant, et associé à d'autres signes cliniques.
  • ou qui sont la conséquence de processus tumoraux internes : les «syndrômes paranéoplasiques cutanés»

Lésions prurigineuses réparties sur tout le corps

Toutes nos dermites parasitaires peuvent être également responsables de lésions généralisée : puces, poux, cheyletielles essentiellement.

Les allergies provoquées par les puces, ou d'origine alimentaire qui sont les plus fréquentes vont engendrer l'apparition de croûtes, plaques suintantes, dépilations qui peuvent se localiser sur le dos, les membres, sous le cou, le ventre...

Les alopécies d'origine psychogène proviennent d'un léchage répété sur tout ou partie du corps qui conduit à la disparition du poil et à l'apparition d'irritations cutanées plus ou moins importantes. C'est une anxiété intermittente ou permanente qui est en général à l'origine de ce type de lésion. Le comportement de léchage ou grattage incessant peut être associé à de la boulimie.
Il existe d'autres pathologies comportementales comme la dépression qui au contraire conduisent à l'arrêt du comportement de toilettage.

Les maladies «auto-immunes» type pemphigus ou lupus dont le diagnostic fait appel en général à la biopsie. En plus des lésions réparties sur le corps, on observe souvent également dans ce cas des lésions au niveau des lèvres ou de la truffe, ou des ongles.

En cas de nodules ulcérés ou non

Des «masses» diverses recouvertes par une peau intacte ou ulcérées peuvent être repérées.
En fonction de leur localisation, on peut distinguer des abcès, des tumeurs cutanées diverses: de la simple verrue ou du kyste le plus bénin au fibrosarcome le plus agressif.
La conduite à tenir dans ces cas est toujours la consultation d'un vétérinaire car le traitement et le pronostic sont différents en fonction des cas , mais font souvent appel à la biopsie,ou à l'exerèse et à l'analyse histologique.

Les tumeurs mammaires, très fréquentes chez la chatte (voir repro) sont un cas particulier de ces masses.

En cas d'otite

Les manifestations de l'otite sont en général évidentes: l'animal secoue la tête fréquemment; parfois se gratte jusqu'à avoir des lésions cutanées devant ou derrière les oreilles, tient une oreille penchée, ou les deux.

Les causes peuvent être très nombreuses, c'est pourquoi la consultation est le plus souvent nécessaire : parasites (voir + haut), bactéries ou levures : Malassezia et parfois chez le chat des abcès du conduit auditif, consécutifs à des griffades ou morsures lors de bagarres.
Les corps étrangers type épillet peuvent également être à l'origine d'otites; des tumeurs ou verrues peuvent obstruer partiellement le conduit et occasionner des inflammations ou surinfections.

Parfois un épaississement du pavillon auriculaire peut s'observer: il s'agit d'un othématome (plus rare chez le chat que chez le chien) , accompagnant ou non une otite interne. Là encore le traitement est chirurgical et fait appel à la pose d'un coussinet absorbant après débridement et sous anesthésie bien sûr.

 

  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
telephone 

Urgences

Sur appel téléphonique

telephone

Tél : 04 73 94 70 03

Nous contacter

mail

Prendre RDV
en ligne

RDV web