banniere

Clinique Vétérinaire
de la Basse Dore

identifiant   mot passe  

Parasitisme

Chiens et chats sont exposés - toute leur vie - à de nombreux parasites, internes (en général dans le tube digestif) ou externes (sur ou dans la peau).

Parasitisme interne

Les chiens et les chats, du fait de leur mode de vie (exploration de leur environnement par ingestion, flairement, léchage, chasse) sont très prédisposés à l'infestation par des vers intestinaux, dont on distingue 2 types :

  • les vers "ronds" : ils ressemblent à de petits vers blancs, assez longs en général, que l'on retrouve parfois quand l'animal vomit. Il s'agit notamment des Ascaris, Ankylostomes, Oxyures, Strongles...
  • les vers "plats" : ils sont segmentés et on retrouve parfois dans les selles de l'animal des anneaux (aplatis et blancs). Il s'agit des Ténias.

Parasitisme externe

A cause de leur pelage, chiens et chats constituent des cibles privilégiées de nombreux parasites externes.

Les puces

puce

Elles constituent les parasites les plus fréquents, pas toujours faciles à observer. Dans la mesure où la très grande majorité des animaux vit en intérieur, le cycle de multiplication des puces peut se dérouler pendant toute l'année.
Il faut savoir que seuls 5% des formes de puces sont des adultes, présents sur les animaux, et que 95% sont représentés par les oeufs, larves, nymphes, qui ne vivent pas sur les animaux, mais dans leur environnement (votre maison !). Les formes larvaires apprécient particulièrement des conditions d'humidité et de chaleur modérée pour se développer. Elles craignent par contre la sécheresse, l'exposition à la lumière, le froid.
Où se trouvent les oeufs et larves de puces ? Dans les fentes des parquets, dans les tapis, les moquettes, les coussins, les plinthes en bois. Mais également dans les canapés, les lits, si vos animaux y ont accès !
Un animal infesté par des puces présente des démangeaisons, particulièrement en région lombaire, à la base de la queue. L'animal peut se gratter mais en général, il se mordille dans cette région (signe assez fiable chez le chien). Chez le chat, on observe plutôt du léchage.
Certains animaux présentent une allergie aux piqures des puces (les symptômes sont alors très intenses, même si l'animal n'a que quelques puces).
Il faut donc traiter régulièrement vos animaux contre les puces pour limiter la ponte des puces adultes, assainir indirectement votre maison de ses larves de puces. Actuellement, des traitement simples à appliquer sont efficaces 1 mois.

Les tiques

tique

Parasites externes très faciles à reconnaître et repérer, elles ne sont pas tant préoccupantes par la gène qu'elles occasionnent que par les maladies qu'elles peuvent inoculer au chien (Piroplasmose, Maladie de Lyme), ainsi qu'au chat (Maladie de Lyme, Hémobartonellose).
Les animaux récupèrent des tiques en se promenant dans les herbes hautes, les buissons.
Il existe des moyens de prévention, sous forme de pipettes mensuelles ou de colliers, qui permettent de limiter l'infestation par les tiques.

Les poux

Plus rares, ils peuvent néanmoins occasionner des démangeaisons. Ils sont tués par la plupart des traitements anti-puces.

Les sarcoptes

sarcoptes

Acariens vivant dans la peau responsables de la gale du corps du chien (gale sarcoptique, dite "gale du renard"). Ces acariens se nourrissent de débris cutanés et creusent de minuscules galeries dans la peau de l'animal.

Les otodectes

Acariens vivant dans le conduit auditif qui provoquent la gale d'oreille ("otacariose"). Ils vivent sur la muqueuse du conduit et la piquent pour se nourrir du sang de l'animal.

Les demodex

demodex

Acariens vivant dans les follicules pileux. Dans certaines circonstances, ils prolifèrent et peuvent occasionner des symptômes (démodécie). La démodécie se présente sous la forme de rougeurs, de pertes de poils (pourtour des yeux, babines, encolure, extrémité des membres antérieurs...). En général, on n'observe pas de démangeaisons. Par contre, le poil est gras. Maladie plus fréquente chez le jeune, la démodécie est assez difficile à contrôler.

Les cheyletielles

Acariens qui peuvent provoquer des démangeaisons, des croutes et des pellicules de petite taille. Maladie plus fréquemment rencontrée en élevage.

 

Lutter contre les parasites

Contre les parasites internes : les vermifuges

Dès la naissance, en têtant leur mère, les chiots et chatons sont rapidement parasités (c'est pourquoi il faut vermifuger la mère 15 jours avant et le jour de la mise bas). Leur système immunitaire va - lentement - mettre en place des moyens de défense contre ces agresseurs internes.
On considère qu'il faut vermifuger un chiot/chaton tous les 15 jours jusqu'à l'âge de 2 mois puis tous les mois jusqu'à l'âge de 8 mois. Ensuite, dans la mesure où le système immunitaire s'est mis en place, les adultes doivent être vermifugés moins régulièrement (1 ou 2 fois par an en fonction de leur mode de vie).

Nous sommes vos premiers conseillers pour le choix d'un vermifuge adapté à l'espèce, la situation et l'âge de votre compagnon. Les vermifuges que nous vous proposons sont plus récents, donc plus efficaces et moins toxiques, que ceux que vous trouvez en pharmacie.

Les vermifuges se présentent sous forme de :

  • comprimés
  • seringues pré-remplies de pâte, un peu plus commode à faire avaler si votre animal n'accepte pas les comprimés
  • liquides, à faire avaler ou à mélanger avec la nourriture
  • pipettes (pour les chats) à déposer sur la peau, système le plus simple si le chat est difficile à manipuler

Contre les puces et les tiques

La prévention reste la meilleure méthode pour lutter contre les puces et les tiques. De nombreux insecticides permettent de tuer les puces mais tous n'ont pas la même efficacité. Pour être le plus efficace, un anti-puce doit agir rapidement et tuer le plus possible de puces. Actuellement, il existe des produits répondant à ces deux exigences.
Certaines spécialités associent également à l'insecticide un produit qui permet de réguler la croissance des formes larvaires. Cette approche - récente - constitue un excellent complément à l'action de l'insecticide.

Souvent, les spécialités anti-puces associent également un produit de lutte contre les tiques (acaricide).

Produits de lutte contre puces et tiques se présentent sous forme de :

  • sprays : très efficaces mais pas toujours très faciles à bien appliquer
  • pipettes : actuellement, probablement la solution présentant le meilleur rapport efficacité/facilité d'utilisation
  • colliers : efficacité moyenne
  • comprimés : pour tuer les puces (une administration mensuelle)
  • poudres : désuet et peu efficace

Pour éliminer le plus possibles d'oeufs et de larves de puces de votre maison, passer l'aspirateur sous les meubles, et lorsque c'est possible limiter l'accès aux animaux des pièces dans lesquelles se trouvent tapis, moquettes, lits, canapés, parquets, constituent des moyens simples et efficaces. Il existe également des sprays et diffuseurs destinés à assainir votre maison.

Chiens et chats doivent être traités régulièrement toute l'année.

Lorsque votre animal sort et se promène dans des herbes hautes, ou en sous-bois, assurez vous qu'il est correctement protégé par un traitement anti-tiques. Au retour de la promenade, examinez minutieusement la fourrure de votre animal et retirez les tiques que vous y trouverez.
Si une ou plusieurs tiques sont fixées à la peau, ne tirez pas directement sur le corps de la tique, vous risqueriez de l'arracher en laissant la tête dans la peau. Utilisez de préférence un crochet spécial pour la retirer. Accessoire indispensable, très simple d'utilisation et d'un prix modique, il permet de retirer avec certitude et sans douleur la totalité de la tique.

 

Idées reçues

« Mon chien n'a pas de puces - je n'en ai jamais vu ». Phrase entendue si souvent en consultation d'un animal qui se gratte, se mordille, et qui ne reçoit pas de traitement antipuces régulier. Un animal non traité, à moins de vivre dans une bulle étanche au milieu extérieur, a toujours au moins quelques puces. Ne pas les voir ne signifie pas qu'elles n'existent pas.
Les puces sont des insectes de petite taille, qui fuient la lumière et donc se déplacent - vite !- quand vous écartez les poils de votre animal pour les chercher.
Certains animaux peuvent tolérer la présence de beaucoup de puces (qu'on arrive donc à observer assez facilement) sans déclencher de symptômes alors que d'autres auront des démangeaisons avec seulement quelques puces (que vous aurez peu de chances de voir).

« La tique qui reste sur l'animal ne donne pas la piroplasmose ». Faux. Plusieurs espèces de tiques peuvent transmettre cette maladie et certaines peuvent rester fixées à la peau du chien. En cas d'infestation par des tiques et en région contaminée, le risque pour l'animal de contracter cette maladie est important.

« Mon animal n'a pas de vers - je ne trouve rien dans ses selles ». Lors d'infestation très importante, il peut arriver qu'un animal (chiot ou chaton) rejette des vers dans ses selles ou en vomissant. Mais dans la plupart des cas, les vers sont digérés avant d'être rejetés par l'animal. Ne pas trouver de vers chez un animal ne signifie pas qu'il n'en a pas.

« Si mon chien mange de l’herbe, c’est pour se purger, donc je n’ai pas besoin de le vermifuger ».Erreur : s'il mange de l’herbe, c’est parce qu’il a mal au ventre. Il faut donc le vermifuger.

 

  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
telephone 

Urgences

Sur appel téléphonique

telephone

Tél : 04 73 94 70 03

Nous contacter

mail