banniere

Clinique Vétérinaire
de la Basse Dore

identifiant   mot passe  

Maladies du coeur et des poumons

Accès à cette page réservé aux clients de la clinique
Veuillez ouvrir une session avec votre adresse mail et votre mot de passe
Vous avez oublié votre mot de passe

 

Vous inscrire

 

 

 

 

 

 

Pathologie cardiaque

coeur

Le rôle du coeur est de faire circuler le sang dans l'organisme afin d'approvisionner les tissus et les organes en oxygène et nutriments, et de les débarrasser de leurs déchets.
Comme chez tous les Mammifères, le coeur du chien est divisé en plusieurs cavités. Du fait de la présence de plusieurs valvules, le sang est toujours propulsé dans un seul sens à chaque contraction du muscle cardiaque.

L'insuffisance cardiaque

Elle correspond à une inadéquation entre la demande des tissus en oxygène/nutriments et la capacité du coeur à répondre à cette demande.
Au début, cette différence entre besoins tissulaires et capacités cardiaques n'a lieu que rarement, lors d'efforts importants. Puis, à mesure que l'insuffisance cardiaque évolue, le coeur a de plus en plus souvent des difficultés à satisfaire les besoins des organes.

Il existe de multiples causes d'insuffisance cardiaque :

  • épaississement des valvules cardiaques (endocardiose, endocardite)
  • rétrécissements des valvules ou des artères principales (sténoses)
  • déficit de capacité du muscle cardiaque à se contracter (cardiomyopathies)
  • troubles sévères du rythme (rares chez le chien)

Les symptômes d'appel

Ils dépendent du côté du coeur où se trouve le problème.

Le coeur gauche reçoit le sang des poumons et l'envoie dans la circulation principale. Une insuffisance cardiaque gauche entraîne donc des difficultés de retour du sang pulmonaire vers le coeur, ainsi qu'une baisse du débit sanguin dans la grande circulation. Les symptômes observés sont donc :

  • une fatigabilité
  • de la toux (d'abord à l'effort important, puis modéré, et enfin même au repos)
  • de l'essoufflement à l'effort
  • des difficultés respiratoires voire un oedème du poumon
  • des syncopes

Le coeur droit est chargé d'envoyer le sang qui revient de la circulation principale vers les poumons afin qu'il soit à nouveau oxygéné et débarrassé de son dioxyde de carbone. Une insuffisance cardiaque droite entraîne donc des difficultés de retour du sang veineux et une diminution de la perfusion des poumons (et donc des échanges gazeux qui s'y réalisent). On observe alors :

  • une grande fatigabilité
  • des troubles digestifs (accumulation de sang dans le foie, les intestins)
  • une cyanose (coloration bleue des muqueuses) lors d'insuffisance cardiaque évoluée
  • des oedèmes des parties inférieures du corps (extrémités des membres, tête)
  • des difficultés respiratoires

Naturellement, on peut observer l'association d'une insuffisance cardiaque gauche ET droite. On parle alors d'insuffisance cardiaque globale.

Remarque : Les chiens ne font presque jamais d'infarctus du myocarde.

Les principales causes

La première cause d'insuffisance cardiaque chez le chien est la formation proressive et spontanée de zones d'épaississement sur la valvule mitrale (entre ventricule et oreillette gauche). Elle entraîne une insuffisance cardiaque gauche, avec toux et fatigabilité.
Les chiens de petite taille (Yorkshires, Caniches, Cavalier King Charles...) sont particulièrement prédisposés à cette affection.
Les premiers symptômes apparaissent chez le chien adulte et sont discrets ; en premier lieu, on ne remarque qu'une baisse légère de la tolérance à l'effort. Par contre l'apparition d'une toux récurrente lors d'une course ou pendant le jeu est beaucoup plus facile à observer et ne doit en aucun cas être négligée.
Noux verrons plus loin que, dans l'insuffisance cardiaque, la précocité du diagnostic, et donc du traitement, sont essentiels.

Il existe également des anomalies congénitales cardiaques. L'apparition des symptômes est alors beaucoup plus précoce puisque le chiot naît avec cette anomalie. Les premiers signes sont en général observés dans les premiers mois de vie.

La cause de l'insuffisance cardiaque peut également provenir d'une maladie du muscle cardiaque (myocarde). On parle alors de cardiomyopathies (ou myocardiopathies). Dans la majorité des cas, chez le chien, celles-ci sont spontanées. Mais elles peuvent également être entraînées par une autre maladie (trouble endocrinien).

Le traitement

A part le recours à la chirurgie (pour certains cas), il n'y a pas de possibilité de guérir les causes de l'insuffisance cardiaque. En outre, celle-ci progresse constamment. Lentement, mais inexorablement.
Le but du traitement médical est donc de ralentir au maximum son évolution et donc de prolonger l'espérance et le confort de vie du chien.

A l'heure actuelle, nous disposons de plusieurs classes de médicaments, plus ou moins complémentaires, qui permettent la mise en place d'un traitement suivi tout au long de l'évolution de la pathologie cardiaque du chien.
Comme chez l'Homme, le patient cardiaque doit également subir une modification de son régime alimentaire. Celle-ci est essentielle, complémentaire du traitement médicamenteux et ne doit pas être sous-estimée. Les aliments diététiques prescrits pour les chiens en début d'insuffisance cardiaque sont hyposodés (appauvris en sodium) ; lorsque la maladie évolue, il est nécessaire de passer à une alimentation complètement désodée (sans sodium). Ces aliments désodés sont également enrichis en potassium, dans la mesure où les traitements diurétiques administrés à l'animal pour contrôler son insuffisance cardiaque provoquent une diminution du potassium sanguin.

La mise en place du traitement chez le chien cardiaque permet d'augmenter son espérance de vie et d'améliorer son confort de vie (moins de symptômes). De nombreuses études ont prouvé que les animaux traités vivent plus longtemps que les animaux non traités.
Commencer le traitement dès les premiers symptômes permettra de maximiser l'espérance de vie de votre chien. Certains chiens vus en consultation sont traités depuis des années et ne présentent pas encore de symptômes graves d'insuffisance cardiaque. A contrario, la mise en place d'un traitement, même intensif, sur un chien en fin d'évolution de son insuffisance cardiaque ne donne pas de résultats spectaculaires.

 

Pathologie pulmonaire

Chaque partie de l'arbre respiratoire peut être affectée mais on peut noter quelques particularités chez le chien.

Affections des cavités nasales

truffe

Les rhinites sont assez rares, de même que les sinusites.
La présence d'éternuements chez le chien peut être associée à la présence d'un corps étranger (épillet) entré par une narine (les éternuements sont alors très violents), à une infection bactérienne ou mycosique, ou à la présence d'une tumeur.
Si l'animal éternue fréquemment, il doit être vu en consultation pour rechercher la cause. Une radiographie et/ou une fibroscopie peuvent parfois s'avérer nécessaires.

Affections de l'arbre respiratoire supérieur

Il s'agit du larynx et de la trachée.

Les affections du larynx sont principalement représentées par des inflammations (laryngites) pouvant évoluer à l'extrème en oedème laryngé. Lors d'affection du larynx, l'animal peut présenter de la toux, ainsi qu'une dysphonie ("extinction de voix"). Lors d'oedème, la respiration devient très bruyante (cornage) et difficile.

La trachée peut également être le siège d'inflammation (trachéites). Elles se manifestent principalement par une toux forte et quinteuse, parfois grasse. Une trachéite peut être le premier symptôme d'une toux de chenil...

Ches les chiens de petite race, la trachée peut également présenter un défaut de rigidité au niveau de ses anneaux cartilagineux qui s'aplatissent avec le temps : c'est le collapsus trachéal. Cela entraîne également une toux importante, quinteuse, exacerbée par l'effort ou l'excitation de l'animal. Le traitement médical suffit en général et le recours à la chirurgie est rarement nécessaire.

Affections des bronches et des poumons

bronches

Elles sont majoritairement représentées par des infections (virales et/ou bactériennes).

On parle de bronchite (inflammation des bronches) ou de bronchopneumonie (inflammation des bronches et des poumons).
Le symptôme d'appel est la toux, qui est plutôt forte en cas de bronchites et petite lors d'atteinte pulmonaire. On peut également observer la présence d'une fièvre.

La réalisation d'une radiographie peut parfois s'avérer nécessaire pour évaluer l'étendue des lésions.
Le traitement associe antibiotiques et anti-inflammatoires et doit toujours être long (plusieurs semaines).

Les poumons sont également un site privilégié de métastases de plusieurs types de cancers. C'est notamment le cas des cancers mammaires. C'est pourquoi une radiographie des poumons est systématiquement réalisée avant une intervention visant à retirer des tumeurs mammaires.

 

 

  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
  • photo
telephone 

Urgences

Sur appel téléphonique

telephone

Tél : 04 73 94 70 03

Nous contacter

mail